Sarkozy et le mariage homosexuel : un pas en avant, deux en arrière

Par Nicolas Pulicani


À l’heure où je vous écris, la loi Taubira rendant possible le mariage homosexuel est sur toutes les lèvres depuis quelques jours, notamment à l’UMP où, hier, dans le cadre de la course à la Présidence du parti, Mariton, Le Maire et Sarkozy ont parlé devant les militants du groupe « Sens Commun ». Et c’est à frémir.

Diviser pour plus mal régner

Hier, Nicolas Sarkozy a fait son show devant les militants de « Sens commun » afin de remporter leurs voix dans la course à la présidence de l’UMP. Au-delà de la répugnance que m’inspire cette ignoble danse du ventre faite afin de mieux draguer les réactionnaires de la Manif pour tous et du Printemps français, je ne peux que m’interroger sur l’objectif final de Nicolas Sarkozy.

Non seulement celui-ci fait preuve de la plus totale hypocrisie en promettant tout et son contraire afin de ratisser au plus large – d’abord on promet de ne rien toucher avant de suggérer l’abrogation de la loi, puis ô miracle, d’abroger la loi pour en réécrire une autre – mais en plus il joue, pourrions-nous dire, avec le feu car en faisant ce genre de déclarations Nicolas Sarkozy suscite encore plus la division.

La ségrégation sexuelle en France ?

En effet, celui-ci suggère carrément de faire un mariage pour les hétérosexuels et un mariage pour les homosexuels (!). M. Sarkozy déclare « Je veux un mariage pour les homosexuels, un mariage pour les hétérosexuels qui tiennent compte de la différence, parce que ce n’est pas la même chose ». Déjà qu’il nous dise où cela n’est pas la même chose ? Le mariage n’est-il pas un acte, certes religieux, mais aussi civil garantissant par là-même la reconnaissance des époux par l’État et la République ? Instituer un mariage différent pour les homos et les hétéros n’est-ce pas là un facteur de division, pire de ségrégation, simplement basé sur l’appartenance sexuelle, ce qui est contraire aux lois les plus fondamentales de la République ?

sarkozy_loi_taubira (2)

Nicolas Sarkozy lors du meeting organisé par l’association Sens commun, le 15 novembre 2014 à Paris.

N’oublions jamais que ce qui fait la force de notre société c’est de garantir aux citoyens les mêmes devoirs mais surtout les mêmes droits. Liberté, Égalité, Fraternité. Voilà à quoi nous devons nous en tenir. Lorsque la loi Taubira a été promulguée, il s’agissait surtout de garantir aux couples homosexuels une égalité juridique vis-à-vis des couples hétérosexuels, notamment en matière d’héritage et de filiation juridique. Jusqu’à l’adoption de ladite loi, un enfant ayant été adopté par l’un de ses deux parents ne pouvait hériter que de celui qui l’avait adopté et pas du deuxième, qui n’avait par ailleurs aucun droit parental sur lui. Il en allait de même pour la succession entre les deux compagnons.

L’art de promettre tout et son contraire

Heureusement, un tel projet ne semble pouvoir être à l’ordre du jour car ce serait contraire à la Constitution et la Cour Constitutionnelle ne saurait mieux faire son devoir qu’en la faisant respecter.

Et dire que c’est le même homme qui en 2007 promettait de créer une union civile pour les couples homosexuels et pour qui l’amour homosexuel se devait d’avoir de la reconnaissance sociale. Nicolas Sarkozy entretient une sorte de flou artistique autour de sa position actuelle, dixit pour « rassembler » sa famille politique. Mais il semble oublier une chose, qu’a si bien dite Abraham Lincoln : « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. »

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Publicités