Sport : pourquoi l’Italie sera Championne du Monde de football 2014

Par Grégory Attal


logo_CDM_2014Dimanche 13 juillet 2014, 21 heures. C’est dans un Maracaña en feu que se tiendra dans quelques instants la finale de la Coupe du Monde 2014 de football. La planète entière retient son souffle. Les joueurs sont surexcités. Les supporters chantent et font la fête dans les travées du stade de Rio. Les caméras et photographes du monde entier sont présents pour nous faire vivre l’événement. Christian Jeanpierre connaît sur le bout des doigts les anecdotes qu’il partagera tout au long du match. Tout le monde est prêt, la rencontre peut commencer. Seule interrogation, qui est en finale ?

En football, il n’est pas si simple de prédire l’avenir, et le jeu des pronostics est plus difficile qu’il n’y paraît. Blessure, méforme, pression, manque d’expérience, erreur d’arbitrage sont autant de facteurs qui peuvent faire basculer une rencontre. Il n’est donc pas aisé de dire qui va remporter le mondial à Rio cet été, mais nous allons tout de même tenter de déterminer un top 3.

Quels sont les favoris ?

 Le Brésil

Honneur au pays organisateur. Qu’on se le dise, l’histoire serait belle si le Brésil venait à remporter « sa » coupe du monde. Dans un pays où le football est une religion, on peut s’attendre à voir toute une nation en transe après chaque victoire de la Seleção. Le rôle de 12ème homme devrait donc être un avantage non négligeable. Néanmoins, les brésiliens ont-ils les capacités de remporter ce mondial ?

brésilDu côté de l’effectif, cela ne fait aucun doute.  Lorsque vous possédez des joueurs tels que Dani Alves, Thiago Silva, Ramires, Oscar, Neymar ou autre Hulk, vous n’avez pas trop à vous inquiéter sur les facultés footballistiques de votre équipe. De plus, n’oublions pas que cette même équipe a gagné chez elle la Coupe des Confédérations un an auparavant, en ne faisant qu’une bouchée en finale de l’ogre espagnol (3-0). Cependant, le poids de la nation qui repose sur les épaules brésiliennes ne risque t-il pas d’être trop lourd à porter ? Je crains que si. Je vois cette équipe être fantastique, nous gratifiant d’un football-samba dont elle seule a le secret. Mais je ne l’imagine pas aller au bout, tétanisée par l’enjeu de gagner une Coupe du Monde sur son propre territoire, et ne sachant pas vraiment fermer le jeu lorsque cela sera vraiment nécessaire. De plus, le Brésil manque pour moi d’un très grand buteur devant. Orphelin en attaque de l’inoubliable Ronaldo, il n’y a pas de numéro 9 digne de ce nom capable de lui succéder dans la liste de Luiz Felipe Scolari. Si Neymar et Hulk sont plutôt des joueurs de côté dans le dispositif actuel, Fred n’a selon moi pas le génie nécessaire pour débloquer des situations à n’importe quel moment. Malheureusement pour les passionnés de beau jeu, le Brésil ne sera donc pas Champion du Monde 2014.

L’Allemagne

Prenez un Bayern de Munich Champion d’Europe 2013, un Borussia Dortmund au jeu rapide, vif et technique, ajoutez-y un joueur de classe mondiale tel Mesut Özil et vous obtiendrez sur le papier l’une des plus belles équipes du monde. A coup sûr, la Nationalmanschaft fait partie des favoris pour cette édition 2014. Avec d’un côté des cadres incontournables comme Neuer, Lahm, Schweinsteiger, Özil, Klose et de l’autre des jeunes pousses pleines d’avenir tels Götze, Draxler, Reus et Kroos, les allemands pourraient même faire office d’épouvantail durant cette compétition. Seulement, les protégés de Joachim Löw ont-ils les capacités mentales nécessaires pour être sacrés en juillet prochain ? Car le seul talent ne suffit pas, et pour gagner un mondial il faut aussi avoir un mental à toute épreuve. Finaliste de l’Euro 2008, troisième au mondial 2010 et demi-finaliste de l’Euro 2012, l’Allemagne est à chaque fois très proche de remporter les compétitions dans lesquelles elle est engagée mais sans pour autant y parvenir. Sauront-ils franchir le cap cette année ? Personnellement, je ne pense pas. Je n’imagine pas les allemands plus forts mentalement qu’auparavant, et c’est pour moi typiquement l’équipe capable de passer au travers lors d’une rencontre décisive.

L’Espagne

Championne du Monde et double Championne d’Europe en titre, la sélection ibérique a su tout rafler lors de ces dernières années. Xavi, Iniesta, Ramos, David Silva… inutile de vous énumérer tous les tops players qui composent cette équipe. Avec un effectif doté de joueurs particulièrement techniques, rapides, maniant la balle comme personne, l’Espagne fait cette année encore partie des prétendants au titre. Cependant, la Roja a-t-elle réellement ses chances dans cette compétition ? Sincèrement, je n’en fais pas mon favori, et je n’imagine pas cette équipe dépasser les quarts de finale. Malgré tout le respect que j’ai pour ce qu’a accompli la sélection de Vicente Del Bosque ces dernières années, l’Espagne est pour moi une équipe en fin de cycle, composée de joueurs vieillissants, dont le style de jeu unique il y a encore quelques années n’est aujourd’hui plus souverain. En témoigne leur lourde défaite l’an dernier en finale de la Coupe des Confédérations face au Brésil, ainsi que la difficulté qu’ils ont eu lors de certains matchs de qualification au mondial face à la France ou à la Biélorussie notamment. Soyons honnêtes, l’Espagne n’est plus injouable !

Qui peut créer la surprise ?

 L’Argentine

Tout d’abord, l’Argentine possède un vivier de joueurs offensifs impressionnant : Messi, Di María, Higuaín, Agüero, Lavezzi… Quand en équipe de France on doit composer avec Benzema et Giroud, on a de quoi être jaloux des armes offensives de l’Albiceleste.

Et derrière, on se rend compte que ce n’est pas mal non plus. Demichelis et Zabaleta, titulaires indiscutables à Manchester City, Mascherano, régulièrement dans le onze de départ à Barcelone, mais aussi Garay et Gago, qui restent des joueurs confirmés. Seul bémol : les argentins ne possèdent pas de gardien de but de très haut niveau. Cette sélection aura un autre avantage, celui d’être habituée à jouer sous les chaleurs sud-américaines.

Cette équipe d’Argentine me semble donc armée pour faire un très beau parcours lors de cette Coupe du Monde.

L’Italie

Et voici mon favori ! La sélection de Cesare Prandelli m’a séduit par sa capacité à faire le jeu et à pratiquer un beau football, des termes qui semblaient pourtant incompatibles avec l’Italie il y a quelques années.

italie

La Squadra Azzura lors d’un match contre l’Angleterre, le 25 juin 2012.

Habitués du Catenaccio, les transalpins ont su moderniser leur football et composent désormais avec une génération très prometteuse. D’un côté les jeunes avec Verratti, Balotelli, Insigne, Immobile pour ne citer qu’eux, et de l’autre des cadres indéboulonnables comme Buffon, Thiago Motta, Pirlo et De Rossi font que cette Squadra Azzura peut s’avérer être une vraie menace pour les autres équipes.

Aussi, il faut reconnaître que les italiens sont souvent présents lors des compétitions internationales. S’ils réussissent à s’extirper de leur groupe de la mort aux côtés de l’Uruguay et de l’Angleterre, j’en fais mon favori pour le mondial.

Quelles sont les chances françaises ?

Ne nous voilons pas la face, les chances pour l’équipe de France de rééditer la performance de 1998 sont quasiment nulles. Bien sûr que j’ai envie d’y croire, bien sûr que je supporterai les bleus, mais à moins d’un miracle, je ne nous imagine pas devenir Champions du Monde. Tout d’abord, pour gagner une Coupe du Monde, il faut disposer d’au moins un top player dans son équipe, ce genre de joueur capable de faire basculer le cours d’un match sur une accélération, un dribble, une frappe.

Et malheureusement, la France ne dispose pas de ce type de joueur dans son réservoir. Vous allez me dire, « et Ribéry alors ? ». Au risque d’en choquer certains, je ne considère pas Franck Ribéry comme l’un de ces joueurs. Certes, il a gagné la Ligue des Champions avec le Bayern Munich, et est le maître à jouer de ce club depuis plusieurs années. Mais si l’ancien marseillais nous a aussi prouvé une chose, c’est qu’il est rarement présent dans les très grands rendez-vous. L’an dernier, si les allemands ont été Champions d’Europe, ils peuvent surtout remercier Arjen Robben auteur d’une très grande prestation en finale. Cette année, « Kaiser Franck » a été médiocre lors de la demi-finale remportée par le Real Madrid, et a même montré certains signes de nervosité en giflant son adversaire du soir, Daniel Carvajal. Il y a quatre ans, lorsque son équipe était en demi-finale de cette même compétition, il avait taclé à retardement le lyonnais Lisandro Lopez, s’était fait expulser et avait dû faire une croix sur la finale. Le natif de Boulogne-sur-Mer n’a encore jamais fait basculer de très grand match à lui tout seul, et a surtout tendance à se montrer nerveux.
Ensuite, il nous manque un véritable buteur devant. Vous me direz, « on a aussi Benzema en attaque, qui est titulaire à Madrid ». Faites moi rire ! L’ancien lyonnais n’a jamais été régulier, et est capable du meilleur comme du pire. Il n’est pas du même calibre que des Suarez, Van Persie, Ibrahimović ou encore Agüero.

france

L’équipe de France avant le coup d’envoi du barrage retour contre l’Ukraine, mardi 19 novembre 2013.

Enfin, notre équipe de France est à mes yeux trop jeune et trop inexpérimentée pour espérer gagner le mondial : Varane, Sakho, Pogba, Digne, Sissoko, Griezmann… Je ne remets pas en cause la qualité de ces joueurs, qui sont l’avenir du football français, mais à l’heure actuelle je trouve que ce groupe manque de vécu pour espérer décrocher le titre suprême. Désolé pour les supporters français qui ont envie d’y croire depuis le réveil face à l’Ukraine, mais notre équipe ne sera pas Championne du Monde.

Assez parlé, il est temps de rendre mon verdict sur ce mondial brésilien.

Champion du Monde : Italie – 2nd : Argentine – 3ème : Brésil.

 Et vous, qu’en pensez-vous ?


Publicités